Le Livre de la Jungle

Il m’a été difficile de me convaincre d’écrire cet article, tant j’avais peur de ne pas arriver à rendre honneur au film.  Le Livre de la Jungle réalisé par Jon Favreau est pour moi un chef d’œuvre tant pour sa beauté jusque dans les moindres détails que pour sa fluidité et ses péripéties irrésistibles.

Le dessin animé était l’un de mes préférés étant enfant, un des grands classiques Disney (1968). J’ai été ravie de retrouver tous ces personnages qui ont marqué mon enfance : Mowgli mais aussi le gentil Baloo, la panthère Bagheera, le serpent Kaa et l’effrayant Sherkan. Rappelons-nous un peu de l’histoire…

Le père de Mowgli est tué par le tigre Sherkan. Mowgli, apeuré et désormais orphelin, s’enfuit dans la jungle et est alors recueilli par la panthère Bagheera, qui le confiera aux loups. La louve Raksha et le loup Akela ainsi que les louveteaux deviendront alors sa nouvelle famille. Les années passent, et Mowgli développe ses capacités humaines. Il invente des astuces et a de plus en plus de mal à se comporter comme un loup, c’est-à-dire à ne suivre que ses instincts au détriment de sa créativité. Un jour de grande sécheresse dans la jungle, tous les animaux, y compris Sherkan se retrouvent au point d’eau. Sherkan découvre alors la présence de Mowgli, et souhaite tuer le fils de l’homme qui, en se défendant, lui a brulé l’œil gauche. Sherkan ne pouvant tuer Mowgli lors de la trêve de l’eau, il promet de le retrouver pour l’achever. Mowgli décide alors de partir pour protéger sa famille des griffes du tigre. Bagheera soutient la décision de Mowgli, et voudrait qu’il rejoigne les hommes pour fuir Sherkan et retrouver sa vraie nature. S’ensuivent diverses péripéties, dont les scènes mythiques avec Baloo, la rencontre avec le serpent Kaa…

287621.jpgSource: allociné

L’adaptation a su rendre aux personnages toute leur dimension à la fois attachante et majestueuse.  La scène avec Baloo, accompagnée de la chanson « il en faut peu pour être heureux », la mythique scène avec Kaa qui l’hypnotise mais aussi la rencontre avec le gorille Louis qui chante « être un homme comme vous » m’ont rappelé le ton jazzy du dessin animé et de joyeux souvenirs de mon enfance. Les chansons sont réinterprétées mais qu’importe, j’ai eu envie de danser sur ma chaise, et j’ai retrouvé toute la magie et l’enchantement de Disney, qui est parfois bafoué dans les adaptations filmographiques.

Au départ, j’étais un peu sceptique quant à l’idée de voir des animaux qui parlent à l’écran, mais la réalisation et l’univers sont tels qu’on se prend vite au jeu. Les animaux sont réalistes et leurs caractéristiques respectées: lorsque Mowgli décide de quitter sa famille de loups, personne ne pleure à chaudes larmes, on peut juste lire la tristesse de la louve qui reste digne, dans ses yeux profonds. L’ours est pateau, la panthère belle et majestueuse, le tigre terrifiant, le serpent fourbe, les petits animaux fragiles et inoffensifs… pour les amoureux d’animaux comme moi, ce film est un beau voyage dans la jungle profonde. Je le conseillerai plus aux jeunes adultes et adultes qu’aux enfants, certaines scènes sont plus sombres que dans le dessin animé, et Sherkan peut effrayer les plus jeunes.

Si le dessin animé a su conquérir des millions de spectateurs à travers le monde, je suis sûre qu’il n’en sera pas moins pour le film de 2016. Lorsque le film s’est terminé, j’étais déçue… déçue qu’il ne dure pas plus longtemps !


Source: youtube

Publié par

"Happiness only real when shared"... alors partageons!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s