Avoir 26 ans, franchir un cap.

À 26 ans, les copines commencent à avoir des enfants, on commence à être invité à des mariages, et les soirées ressemblent plus à des apéros dinatoires avec bébés qu’à des grosses teufs en boite.

À 26 ans, on n’a plus le droit à aucune réduction. On est supposé avoir assez de sous pour payer son ticket de train plein pot, et le banquier semble beaucoup moins ouvert aux possibles découverts de jeunesse.

La société voudrait qu’à 26 ans, on ait déjà un pied bien lancé dans notre carrière, et notre horloge biologique devrait déjà être bien entamée. On devrait toutes être en couple, et commencer à faire des projets mariage/bébé/premier achat.

Est-ce qu’on est encore vraiment jeune à 26 ans ? Pas sûr… C’est toujours bizarre de se dire que cela fait 26 années qu’on est sur cette terre, à faire des choix, à construire sa vie. C’est toujours marrant de penser ce que serait devenue la vie avec d’autres décisions, et pourtant à 26 ans, il est encore parfois difficile de se poser les bonnes questions.

S’il y a une chose que je retiens de toutes ces pressions extérieures, c’est qu’à 26 ans,il est simplement important d’être une femme épanouie, qui a trouvé des réponses à toutes les possibles interrogations apparues pendant l’adolescence. C’est savoir ce que l’on veut, pour avancer sereinement, que ce soit avec mari, bébé… ou pas.

Pat

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s